Accueil > ETUDES ET SCOLARITE > Français > Sindbad de Tanguy et Pierre -6°2

Sindbad de Tanguy et Pierre -6°2

jeudi 4 février 2016 par C.Pineau

Sindbad le huitième voyage

Shéhérazade continua le récit des aventures de Sindbad le marin.

Sindbad, comme toujours les jours, convia Hindbad à partager son repas, puis après il raconta à ses hôtes son huitième voyage.

« Je ne souhaitais plus faire de voyage car j’étais trop vieux et fatigué. Un jour, un vieux chimiste vint me dire : « Toi qui avait soif d’aventures extraordinaires, connais-tu la recette de la poule aux œufs d’or ? Je suis trop âgé pour partir à sa recherche. Accepterais-tu de poursuivre la quête à ma place. Si tu la trouves, à ton retour, nous partagerons les œufs. » Je répondis au vieil homme : « Je trop vieux et fatigué. Je me suis promis de ne plus faire de voyage. » Pour me convaincre le chimiste me dit : « Tu pourras distribuer les œufs de la poule aux œufs d’or aux pauvres. » Cette proposition me fit changer d’avis, j’acceptai de partir à la recherche de la recette. En partant, le vieil homme me donna une boussole qui indiquait l’endroit où se trouvait la recette.

Je fis préparer un bateau chargé de marchandises. Il partit en direction de l’est car la boussole l’indiquait. Je criai à tout Bagdad : « Quand je reviendrai, je serai l’homme le plus riche du monde !!! »

Deux jours plus tard, un terrible orage éclata et la foudre fracassa le bateau. Mais l’équipage avait réussi à s’enfuir en montant dans une chaloupe. Les rescapés arrivèrent sur une île où habitait la sorcière Circé. Elle les accueillit et leur donna à manger de délicieux petits poissons. Mais je n’y ai pas touché par méfiance. Peu de temps après, l’équipage commença à se tordre de douleur. Des oreilles et une queue se mirent à pousser sur les hommes. Ils étaient en train de se transformer en cochon. Par la ruse, j’échangeai la nourriture de Circé par celle empoisonnée. Elle se transforma alors en une énorme truie. Je la tuai pour avoir de la nourriture et ne pas mourir de faim. Après je me fabriquai un radeau et m’en allai par la mer.

Tout à coup, un cobra géant goba le radeau. Malicieusement j’arrachai un crochet de la gencive du serpent, il était empoisonné. Je l’enfonçai aussi profondément que je pus et tuai le serpent de son propre venin. Je m’échappai par la bouche du cobra accroché à mon radeau.

Heureusement, la boussole était toujours accroché à mon cou. Elle indiquait toujours la direction de l’est, la mer me fit dériver dans cette direction. Un matin j’arrivai sur une petite île. Je l’explorai. A son sommet, je trouvai un grotte au-dessus de laquelle était écrit :

« Rassembler 1kg d’écorce de chêne

3l de sève d’acacia

une feuille d’érable

Mélanger le tout

Donner le liquide à une poule

P.S : ça marche bien ! »

Dans la grotte je trouvai une poule et un chaudron. Je partis à la recherche des ingrédients de la recette et les trouvai sur l’île. Je les fis bouillir dans le chaudron. Quand la potion fut prête, je la fis boire à la poule. Elle s’installa dans son nid et pondit un œuf d’or ! J’avais trouvé la recette de la poule aux œufs d’or.

Le lendemain matin, un bateau passait près de l’ile et je leur fis signe. Les matelots m’aperçurent et me firent monter à bord. Par chance le bateau rentrait à Bagdad.

De retour dans ma ville, je fis venir le vieux chimiste mais il avait disparu. Je garda alors la poule aux œufs d’or et distribuai ses œufs aux pauvres. »

Voici comment Sindbad raconta son huitième voyage.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Pierre de Nolhac (Académie de Versailles)