Accueil > ETUDES ET SCOLARITE > Français > Interview d’une illustratrice : Hélène Canac...

Interview d’une illustratrice : Hélène Canac...

mardi 14 avril 2015 par C.Pineau

Interview d’une illustratrice : Hélène Canac

- Combien de temps vous faut-il pour réaliser une illustration ?

C’est extrêmement variable, ça peut aller de 30 minutes à 5h suivant la complexité, le nombre de personnages, de détails, si c’est en couleur ou non… C’est impossible de répondre précisément à cette question.

- Y a-t-il des genres de livres que vous préférez illustrer ?

Rien en particulier, la diversité des thèmes abordés et des genres me permet de ne pas trop tourner en rond dans mon travail, de découvrir de nouvelles choses et de tester de nouvelles choses aussi.

- Avez-vous déjà refusé d’illustrer des livres ?

Oui ça m’est déjà arrivé, essentiellement par faute de temps.

- Combien de recueils, à ce jour, avez-vous illustrés ?

Euh… honnêtement je n’en ai aucune idée ! J’ai fait des choses assez variées, allant de boîtes de jeux, aux romans, en passant par l’illustration de presse, d’objets… je ne compte pas vraiment.

- Travaillez-vous spécialement pour une maison d’édition ?

Non, et je pense que dans ce métier ce serait assez difficile de se restreindre à une seule maison d’édition. C’est un métier très précaire, sans aucune certitude de ce que demain sera fait, ça serait se mettre en danger que de travailler exclusivement pour une maison.

- Travaillez-vous pour des maisons d’éditions situées à l’étranger ?

ça m’est arrivé une fois, avec une maison suisse, ça n’a pas été une bonne expérience. Mais je reste confiante pour l’avenir.

- Avez-vous pris des cours de dessin ? suivi une formation particulière ?

Je n’ai pas suivi de formation liée particulièrement à l’illustration, mais j’ai quand même suivi un cursus lié à l’image, en graphisme, publicité puis ensuite en cinéma d’animation. J’ai donc eu des cours liés à la couleur, la composition, la narration de l’image… ce qui m’a énormément aidé pour développer mon métier d’illustratrice.

- Avez-vous une technique de dessin préférée ?

Je travail essentiellement en numérique, c’est rapide et pratique, on peut corriger facilement, mais depuis peu je me remets à l’aquarelle et c’est vrai que cette technique est très agréable et ça fait du bien de changer un peu de temps en temps.

- Lisez-vous des livres ? Quel genre ?

Quand j’arrive à trouver du temps, oui, j’adore lire. Essentiellement des thriller et romans policiers, j’adore essayer de trouver l’assassin avant la fin du roman (même si finalement il est très rare que je devine !!) Je lis aussi pas mal de romans typés « ado » du type Harry Potter, Hunger Games… histoire d’être à la page :)

- Avez-vous des contacts particuliers avec les auteurs ? ont-ils un droit de regard ? certains ont-ils refusé des dessins ?

La plupart du temps non, je n’ai pas de contact particulier avec l’auteur si c’est la maison d’édition qui vient me chercher. Si c’est l’auteur qui fait la démarche, là forcément, on apprend à se connaître ! Si certains ont refusé mes dessins, je ne suis pas au courant, mais j’imagine que ça peut arriver.

- A quel âge avez-vous commencé votre métier ? qui vous a donné votre chance ?

J’ai commencé à 25 ans (j’en ai 31), et c’est Milan Presse pour le magazine JULIE qui m’a donné cette opportunité de me lancer dans le métier ! je ne les remercierais jamais assez, parce qu’à l’époque c’était pas terrible ce que je faisais !

- Quel livre le plus vendu avez-vous illustré ?

Ce n’est pas un livre, mais une boîte de jeu Quiz édité chez Larousse qui s’est le plus vendue.

- Lisez-vous les livres en entier avant de les illustrer ?

Oui. C’est quand même plus pratique pour savoir quoi illustrer. Je le lis en entier une première fois et ensuite je relis au fur à mesure que j’illustre.

- Peut-on vivre de l’illustration ? ou faut-il exercer un autre métier ?

Je pense qu’on peut en vivre, mais il ne faut pas avoir peur de devoir manger des pâtes certains mois. Pour ma part je fais un autre métier à côté, même si ce n’est pas toujours évident de gérer les plannings, je préfère avoir une sécurité financière.

Pour en savoir plus sur Hélène et son travail, allez vite sur : www.helenecanac.fr

Réalisation des 5°2


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Pierre de Nolhac (Académie de Versailles)